AccueilRéférencement naturel10 astuces pour écrire plus simplement

10 astuces pour écrire plus simplement

Voici 10 conseils pour simplifier votre écriture, tirés de mon expérience de journaliste et de rédactrice.

Certes, ce style de rédaction professionnelle manque un peu d’originalité, mais il a deux avantages  : il rendra vos textes plus faciles à lire et plus rapides à écrire !

1. Des phrases courtes tu rédigeras

Vous n’êtes pas Proust ! Alors n’écrivez pas plus d’une ou deux lignes par phrase. Si vous hésitez entre plusieurs tournures, choisissez toujours celle qui comporte le moins de mots. Vos textes seront aussitôt plus rythmés.
Astuce : transformez les points virgules en points tout court.

2. A sujet verbe complément tu te limiteras

Le schéma sujet + verbe + complément est le plus simple grammaticalement. Il est immédiatement reconnaissable et compréhensible par le lecteur. Donc évitez les tournures grammaticales complexes, les subordonnées, les incises, les parenthèses à l’intérieur d’une même phrase, etc.
Astuce : transformez la plupart des subordonnées en phrases indépendantes.

3. Une idée par phrase tu construiras

Une idée par phrase, un point par paragraphe, un sujet par article. Ne cherchez surtout pas à tout dire d’un coup, au risque de noyer votre lecteur. Hiérarchisez vos idées et commencez par les plus importantes.
Astuce : si votre article est trop long, divisez le en plusieurs articles regroupés en dossier ou en série.

4. Ton vocabulaire tu simplifieras

Vous n’êtes pas écrivain, vous êtes rédacteur. Vous n’écrivez pas pour vous faire plaisir, mais pour vous faire comprendre. Ne cherchez pas à en mettre plein la vue à vos lecteurs avec des termes recherchés ou des effets de style littéraires. Privilégiez les mots simples, connus de tous.
Astuce : n’utilisez que les mots dont vous êtes sûr de l’orthographe.

5. Le jargon tu traduiras

Il ne s’agit pas d’éviter le jargon métier, mais de veiller à le traduire en français courant à la première occurrence, notamment tous les sigles et les mots en anglais. Non seulement vos lecteurs vous diront merci, mais les moteurs de recherche repéreront mieux votre page car vous élargirez votre champ sémantique.
Astuce : imaginez que vous écrivez pour votre grand-mère.

6. Les négations tu éviteras

Il est interdit d’interdire ! Ce n’est pas toujours évident (comme dans cet article qui se veut pédagogique…), mais évitez au maximum les tournures négatives. Privilégiez au contraire les tournures positives, plus impliquantes et plus directes. Fuyez les doubles négations qu’il faut souvent relire à deux fois avant d’en comprendre le sens.
Astuce : remplacez systématiquement les « n’hésitez pas à faire ceci » par « faites ceci » !

7. Le passif tu éviteras

Mieux vaut écrire « le chat mange la souris » que « la souris est mangée par le chat ». Non seulement la forme passive comporte plus de mots à lire que la forme active (7 mots contre 5), mais elle est aussi plus complexe à analyser. Donc inversez les phrases passives en transformant le complément d’agent en sujet.
Astuce : privilégiez les verbes d’action comme créer, réaliser, décider, etc.

8. Les adjectifs et les adverbes tu éviteras

« Les journalistes (…) qui voudront user d’un adjectif passeront me voir dans mon bureau. Ceux qui emploieront un adverbe seront foutus à la porte », écrivait Georges Clemenceau dans une circulaire alors qu’il était rédacteur en chef de L’Aurore. Les années ont passé, les médias ont changé, mais le conseil perdure !
Astuce : commencez par retirer tous les « véritable » et « véritablement » inutiles de vos textes.

9. Le subjonctif tu éviteras

Evitez le subjonctif : limitez-vous à l’indicatif. Evitez aussi les temps qu’on apprend à l’école comme le passé simple, le plus-que-parfait, le passé antérieur, etc. Essayez de vous en tenir au présent, au passé composé, à l’imparfait, au futur et à l’impératif.
Astuce : abusez de l’infinitif.

10. A voix haute tu te reliras

Relisez votre texte avec attention avant de le publier. Repérez les phrases trop longues, les tournures trop complexes, etc. Vérifiez que vous avez bien appliqué toutes les règles ci-dessus.
Astuce : relisez-vous à voix haute pour repérer les phrases difficiles à lire. Flaubert appelait ce test le « gueuloir » : vous verrez, c’est efficace !

Et vous, quels conseils aimeriez-vous partager ?

Directrice d’Editoile, agence webmarketing, fondée à Bordeaux (Gironde) en 2009. Certifiée Opquast Qualité Web (niveau avancé), Google Analytics et Google Adwords. J’accompagne nos clients sur leurs stratégies webmarketing, notamment de référencement naturel ou SEO (Search Engine Optimization).

Commentaires(6)

  • 15 septembre 2011, 09:07  Répondre

    Bonjour, Arle Uein@La Gazette.

    Merci pour votre réaction passionnée et constructive ! Si vous me connaissiez mieux, vous sauriez mon amour pour la langue française. Pour partager le vôtre, je vous invite cordialement à participer à notre jeu des devinettes sur les subtilités et autres curiosités du français http://www.facebook.com/editoile

    Vous avez raison : l’écriture automatique journalistique n’est pas de la littérature. Loin de moi l’idée de prendre mes lecteurs pour des abrutis ou des barbares, mais juste pour des internautes pressés qui scannent les pages Web plus qu’ils ne les lisent.

    « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément », écrivait Nicolas Boileau dans son Art poétique en 1674. Un conseil toujours valable aujourd’hui, non ?

  • 30 avril 2012, 09:36  Répondre

    Personnellement, je les trouve utiles, ces conseils, et je les mets en pratique régulièrement ! Mais attention à ne pas écrire toujours de la même façon !

  • 4 mai 2012, 13:06  Répondre

    Si le titre de cet article avait été « 10 astuces pour écrire mieux », j’aurais sans doute bondi de ma chaise. Objectif clair et cantonné à la seule pratique oratoire ou journalistique ; c’est donc du bon travail.

  • 13 août 2014, 12:56  Répondre

    merci pour vos astuces!!! intéréssant

  • 20 mars 2015, 07:21  Répondre

    En effet, il y a une différence entre « mieux » est « plus simplement ». Dans le premier, on cherche la richesse, le style, la beauté des tournures. Dans le 2ème, à communiquer un message sans risque de malentendu, à rendre la compréhension facile pour le lecteur. Ce sont deux objectifs différents, et le contenu de l’article correspond parfaitement au titre. D’ailleurs, je vais partager cet article avec un ami américain qui apprend le français–ces conseils lui seront très utile.

    Ces conseils peuvent aussi s’appliquer à la communication en anglais. Souvent j’ai des clients (je suis coach en communication en anglais), qui cherche à tout prix à faire des longues phrases complexes, en pensant que cela donne une meilleur impression de leur niveau. Mais non !! Ça complique le message c’est tout !

    En tout cas, merci pour cet article, justement clair et concis. Si vous me permettez, je partage aussi mon blog, qui sera utile pour apprendre à mieux communiquer en anglais, avec des vidéos courtes en anglais, sous-titrées en anglais: http://christinarebuffet.com/blog

    Merci encore, et très belle journée !

  • Ines
    26 février 2016, 22:38  Répondre

    Évitez de prendre votre cas pour une généralité. Cet article a été très constructif pour ma part. C’est totalement absurde de s’en prendre à ceux qui donne conseil. J’ai de gros problèmes de clarté. Ce point faible a été très pénalisant pendant ma scolarité. je remercie l’auteur de cet article .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.