AccueilWebmarketingComment améliorer le SEO d’un site internet en 10 questions

Comment améliorer le SEO d’un site internet en 10 questions

L’optimisation du référencement naturel ou SEO (Search Engine Optimization) est indispensable pour améliorer la visibilité et le classement des pages d’un site internet dans les résultats de recherche. Si votre site est vieillissant ou en perte de vitesse, voici les 10 questions à se poser pour améliorer le SEO d’un site web.

1. Le titre de chaque page est-il optimisé ?

Vérifiez que toutes vos pages aient bien un titre différent, avec des mots-clés intéressants. Cela se joue au niveau des balises <h1> et <title>. La balise <title> s’affiche en bleu dans les résultats de Google et dans les onglets des navigateurs. La balise <h1> s’affiche dans le texte en haut de la page web.

Ces balises doivent contenir un descriptif clair de la page réelle (et non du site dans son ensemble), inclure les mots-clés principaux de la page, être uniques (c’est-à-dire différentes sur chaque page) et ne pas dépasser 70 caractères.

Exemple de balise title renseignée

2. Y a-t-il des mots-clés dans les URL ?

Les adresses web jouent toujours un rôle important dans le positionnement des pages. Si vous voulez remonter dans les résultats de Google sur une requête donnée, il vaux mieux que les mots-clés de cette requête soient présents dans l’URL. Les URLs optimisées donnent plus de sens aux contenus et indiquent clairement à Google de quoi parle la page.

Evitez donc les URL dynamiques bourrées de chiffres sous la forme www.monsite.com/article1234. Configurez vos liens dans les paramètres généraux de votre CMS (Content Management System) pour que le système fasse remonter automatiquement dans les URL le <h1> avec des mots-clés séparés par des tirets. Ou bien réécrivez à la main chaque URL pour valoriser les mots-clés de chaque page.

3. La meta description est-elle unique sur chaque page ?

La meta description est une balise html qui décrit le contenu d’une page web. Affichée dans les résultats de recherche, c’est elle qui incite l’internaute à cliquer sur votre lien plutôt que sur un autre. Optimisez la meta description de toutes les pages pour qu’elle soit unique en intégrant vos mots-clés. Ne dépassez pas les 150 caractères pour éviter que la description soit tronquée par Google.

Exemple de balise meta description optimisée SEO

 

 

4. Les images ont-elles une alternative textuelle ?

Avant d’héberger une image sur un site, la première étape est de nommer l’image explicitement pour un meilleur référencement. Commencez renommer vos fichiers images en y ajoutant des mots-clés, sans accents, séparés par des tirets du 6 : préférez « produit-mot-cle.jpg » à « photo_1234.jpg ».

Ensuite, il est capital de renseigner l’attribut <alt> ou alternative textuelle de toutes les images pour qu’elles soient référencées sur Google Images. Comme son nom l’indique, l’attribut <alt> contient un texte alternatif qui apparaît à la place de l’image quand cette dernière ne s’affiche pas correctement sur les navigateurs. Renseignez l’attribut <alt> sur les images importantes et en rapport avec votre contenu textuel.

5. Le contenu est-il intéressant pour les internautes ?

Le contenu est roi : on vous ne le répètera jamais assez ! Voir notre article à ce sujet : « Quelles tendances pour le contenu en 2017 ? ». Pour remonter dans les résultats des moteurs de recherche, une page web doit contenir au minimum entre 200 et 400 mots. Pour être bien positionnée en première page de Google, il vaut mieux que la page web contienne plus de 2 000 mots.

Pour retenir (ou attirer) les internautes sur votre site, choisissez des sujets qui les intéressent et répondent à leurs interrogations. Publiez régulièrement de nouveaux contenus pour que le robot de Google comprenne que votre site est bien mis à jour. Facilitez la lecture des pages en les hiérarchisant avec des intertitres de différents niveaux (balises h1, h2, h3, etc.).

Illustrez vos contenus avec des images attractives et si possible des vidéos. Si le contenu est roi, la vidéo est reine ! Présente sur tous les supports digitaux, la vidéo est au cœur de la stratégie de référencement naturel, car très appréciée des internautes.

6. Avez-vous du contenu dupliqué ?

Le duplicate content, ou contenu dupliqué, est l’une des pires choses pour le référencement naturel de votre site, Google étant intransigeant avec les contenus copiés-copiés à l’identique sur différentes pages.

Evitez donc de copier-coller des textes qui ont déjà été publiés ailleurs sur le Web, notamment les fiches produits données par les fournisseurs, les communiqués envoyés par les attaché(e)s de presse ou les extraits de livres classiques.

Evitez aussi l’auto-duplicate content, qui peut être généré automatiquement par votre CMS (Content Management System), par exemple sur l’affichage de filtres sur un site e-commerce ou des catégories sur un blog. Assurez-vous que chaque page de votre site possède un seul pointage de domaine et une seule URL. Si une page de votre site possède une ancienne et une nouvelle URL, vous devrez mettre en place une redirection 301 pour indiquer au moteur de recherche que la page a été déplacée.

7. Votre site est-il adapté aux écrans mobiles ?

Depuis 2016, Google favorise dans ses résultats de recherche les sites dont le contenu s’adapte aux tailles des différents écrans (responsive design) et qui sont facilement utilisables sur un téléphone ou une tablette (mobile friendly). Il a même annoncé qu’il allait baser toute son indexation sur les versions mobiles des sites internet (mobile first).

Vérifiez que votre site est compatible avec tous les écrans  et qu’il est accessible sur différents terminaux et navigateurs. Lire notre article à ce sujet : « 10 astuces pour rendre un site web mobile ».

8. Votre site se charge-t-il rapidement ?

Plus un site internet met du temps à charger, plus il perd en visibilité. Google considère qu’un site est « lent » dès lors que ce dernier met plus de 1,5 seconde à s’afficher dans le navigateur. Et 40 % des internautes quittent une page qui met plus de 3 secondes à charger (étude Akamai, 2011).

Pour augmenter la vitesse de chargement de votre site, vous pouvez autoriser la compression de vos ressources JavaScript et CSS avec « gzip » ou « deflate », exploiter la mise en cache du navigateur (pour les ressources qui peuvent en bénéficier), optimiser le poids des images ou encore supprimer les JavaScript et CSS qui bloquent l’affichage au-dessus de la ligne de flottaison du site.

9. Avez-vous beaucoup de liens internes et externes ?

Le maillage interne consiste à multiplier les liens entre les pages à l’intérieur d’un site web. Ce netlinking permet d’améliorer le pagerank (indice qui mesure quantitativement la popularité d’une page web) des pages d’un site grâce au maillage entre les pages fortes, dont le pagerank est haut, et les pages faibles, dont le pagerank est bas. Sans oublier qu’il permet au visiteur ou au robot de Google de voir d’autres pages qu’il n’aurait peut-être pas consultées autrement.

Le maillage externe consiste à créer sur le Web des liens entrants (ou backlinks) qui pointent vers des pages de votre site. Objectif : renforcer auprès de Google la popularité de votre site. Grâce à la qualité des liens créés, les backlinks favorisent le référencement de votre propre site. Préférez la qualité à la quantité des liens et veillez à ce qu’ils soient les plus « naturels » possible.

10. Facilitez-vous le partage sur les réseaux sociaux ?

Il est conseillé d’intégrer sur vos pages des barres de partage vers les réseaux sociaux, pour que les internautes puissent facilement en diffuser le contenu sur leurs profils. Il faut aussi vérifier que les balises Open Graph sont bien renseignées sur chacune de vos pages. Les balises Open Graph permettent à Facebook et Twitter d’afficher correctement vos pages lorsque les utilisateurs les partagent, avec une grande image et des informations claires.

Parmi les balises Open Graph existantes on trouve :

  • og:image pour indiquer l’URL de l’image à afficher
  • og:title pour afficher le titre de votre page
  • og:description pour afficher une description courte de votre page (300 caractères max)
  • og:type pour préciser le type de votre page (website, article, video, music, etc.)
  • og:url pour l’URL canonique de votre page
    Renseigner les balises Open Graph pour les réseaux sociaux
Web Content Manager à Editoile, agence webmarketing à Bordeaux (Gironde). Certifiée Opquast Qualité Web niveau avancé. Ses spécialités : le conseil webmarketing, les audits de site et la rédaction web SEO (Search Engine Optimization).

Commentaires(0)

Laisser un commentaire