AccueilRéférencement naturel7 conseils pour améliorer son référencement naturel

7 conseils pour améliorer son référencement naturel

Comment remonter dans les résultats de Google ? Comment optimiser le SEO (Search Engine Optimization) de son site internet ? Comment mieux référencer ses contenus web ? Dans cette présentation, on parle du Panda, d’expressions-clés, de méta-descriptions, de longue traîne, mais aussi de cocon sémantique. Voici 7 conseils pour booster son référencement naturel.

Comme on dit, « content is king » : le contenu est roi (ou ROI, Return On Invest) ! On vous explique pourquoi dans cet article inspiré d’une présentation réalisée par Gabrielle Denis, directrice d’Editoile (agence de contenu web), lors d’une matinée spéciale sur le référencement, organisée en partenariat avec Generaleads (agence Google Adwords) en juin 2016 à Bordeaux (Gironde).

Sommaire de l’article

  1. Ne pas négliger le référencement naturel
  2. Lever les freins techniques au référencement sur le site
  3. Publier plus régulièrement de nouveaux contenus
  4. Travailler mieux ses expressions-clés
  5. Publier des contenus qui intéressent les internautes
  6. Optimiser le référencement naturel de chaque contenu
  7. Faire appel à des spécialistes du contenu web

Voir la présentation PowerPoint projetée lors de cet événement :

Pour vous faire une idée de son contenu, cette présentation de 32 diapositives aborde les 7 conseils suivants :

1. Ne pas négliger le référencement naturel

Le référencement naturel ou SEO (Search Engine Optimization) est souvent négligé par rapport au référencement payant ou SEA (Search Engine Advertising) dans les projets web. Autant les responsables de sites internet, notamment de boutiques e-commerce, sont prêts à dépenser de l’argent en publicités Google Adwords, autant ils sont réticents à produire ou à acheter du contenu de qualité.

Pourtant les deux leviers du référencement (le payant et le naturel) sont très complémentaires pour améliorer sa visibilité dans les résultats de Google :

Le référencement payant permet de remonter rapidement en haut de la première page de Google, si les publicités sont bien conçues et paramétrées. Mais leur affichage est limité dans le temps : dès qu’on arrête de payer Google, les pubs ne sont plus affichées et ne génèrent plus de trafic. Autrement dit, ce levier est à privilégier à court terme quand on veut atteindre vite les premières positions et qu’on a du budget.

Le référencement naturel nécessite de produire de nombreux contenus différents qui vont mettre du temps à remonter dans les résultats de Google. Tant qu’ils sont en ligne, leur affichage perdure dans le temps. Un même contenu peut générer du trafic pendant des années, sans avoir à payer Google. Autrement dit, ce levier est à privilégier à moyen terme quand on veut améliorer son image de marque numérique et fidéliser ses clients.

En outre, le contenu est encore plus important aujourd’hui qu’il ne l’était hier car il répond à trois grandes évolutions actuelles du Web  :

  • Le développement des Adblockers : ces extensions anti-pub qui s’installent dans les navigateurs bloquent l’affichage des publicités mais pas le contenu éditorial des sites web. On compte déjà plus de 35 % d’utilisateurs en Europe.
  • Les mises à jour de Google : les algorithmes Panda, Pingouin et Colibri déployés par le moteur de recherche depuis 2011 favorisent les sites qui ont du contenu de qualité, pertinent et fréquemment mis à jour. Les sites de qualité qui sont optimisés pour le SEO sont mieux positionnés dans les résultats que les autres.
  • Le smartphone et le haut débit : les internautes consomment de plus en plus de contenus sur leur mobile, notamment via les réseaux sociaux. Les 16-30 passent plus de 22 heures par semaine sur leur téléphone. Il s’agit donc de leur pousser des contenus qu’ils vont aimer partager.

2. Lever les freins techniques au référencement sur le site

Si on veut performer en termes de référencement naturel, il faut que votre site web soit correctement développé. Si Google a du mal à accéder à vos contenus, s’il rencontre des freins techniques pour crawler les pages de votre site, vous aurez beau publier les plus beaux contenus du monde, Google ne les affichera pas en première page des résultats naturels ou organiques.

C’est ce qu’on appelle le SEO on-site. Un site web adapté au référencement naturel est :

  • Optimisé pour les mobiles, c’est-à-dire qu’il doit s’afficher vite, s’adapter à n’importe quelle taille d’écran (responsive design) et faciliter la navigation au doigt sur les smartphones et les tablettes numériques (mobile friendly). Les contenus aussi doivent être adaptés au mobile, avec des blocs textes courts, des vidéos, des numéros de téléphone cliquables, des boutons d’appels à l’action, etc.
  • Un site avec un bon CMS (Content Management System) qui permette aux rédacteurs web de publier facilement des contenus eux-mêmes, sans faire appel à un développeur, et de remplir toutes les balises SEO nécessaires, page par page et image par image (réécriture d’URL, title des pages, méta-description, alternatives textuelles, titles des liens, open graph, données structurées)
  • Connecté à des outils statistiques sérieux qui permettent d’évaluer les résultats obtenus et d’affiner la stratégie éditoriale, notamment Google Analytics pour mesurer le trafic du site et Google Search Console pour suivre les résultats dans Google

Pour aller plus loin sur les aspects techniques du SEO on-site, lisez notre dossier « Améliorer le référencement naturel d’un site WordPress en 3 étapes« .

3. Publier plus régulièrement de nouveaux contenus

La chaîne de valeur du contenu est simple sur Internet : plus vous publiez de nouveaux contenus de qualité sur votre site web, plus vous générez du trafic qualifié, plus vous augmentez les chances de conversion, plus vous développez votre chiffre d’affaires. Il faut donc publier fréquemment de nouveaux contenus, en tout cas plus fréquemment qu’on ne l’imagine généralement.

On me demande souvent combien de contenu il faut publier par mois ou par semaine sur son site. En fait, la réponse dépend de Google. Si les robots référenceurs trouvent les mêmes contenus à chaque fois qu’ils viennent crawler votre site, ils vont moins venir sur votre site pour ne pas perdre leur temps. Google va considérer que votre site n’est pas tenu à jour, qu’il est moins pertinent, il va donc dégrader son positionnement dans les résultats de recherche. Cette érosion est plus ou moins rapide selon le volume de contenu des sites.

C’est la même chose sur les réseaux sociaux. Sur Facebook, le EdgeRank, c’est-à-dire l’algorithme qui gère l’affichage des posts dans le flux d’actualités des abonnés, tient – entre autres – compte de la date de publication. Plus un contenu est récent, plus il est intéressant pour Facebook. Au bout de 3 heures, votre post sera toujours publié sur votre page entreprise, mais ne s’affichera plus dans les flux des utilisateurs. Autrement dit, sur Facebook, il faut publier au moins un post toutes les 3 heures. Sur Twitter, c’est pire !

Donc oubliez les sites one-page trop difficiles à référencer ! Oubliez les sites vitrine de quelques pages jamais modifiées ! Oubliez les mises à jour annuelles de site juste pour corriger l’organigramme ou le catalogue produits. Oubliez les sites sans rubrique actualités, magazine ou blog dans lesquelles on peut publier régulièrement de nouveaux contenus susceptibles d’être partagés !

Ce qu’il faut pour être référencé par Google, c’est :

  • Ajouter du nouveau contenu chaque semaine (par exemple une actu, une fiche produit, une référence portfolio, un témoignage client, etc.)
  • Remettre à jour régulièrement des contenus déjà existants
  • Animer un blog (intégré au nom de domaine principal) avec des conseils, des tutos, des cas d’entreprise, etc.

Si vous voulez avoir plein d’idées et de conseils pour animer un blog, je vous conseille de lire l’article « Comment animer un blog d’entreprise », inspiré d’une conférence que j’avais animée au WordPress Camp Bordeaux.

 

4. Travailler mieux ses expressions-clés

Commençons par la définition. Une expression-clé, ce sont les mots ou requêtes que tapent les internautes dans Google pour s’informer ou acheter des services ou produits. Une erreur fréquente est de se contenter de quelques mots uniques (par exemple : chambre d’hôtes) ou bien d’une seule expression-clé cible (par exemple : chambre d’hôtes médoc). Cette méthode, qui a été longtemps pratiquée, est devenue complètement obsolète depuis le Google Panda.

Choisir ses mots-clés SEO, c’est rechercher et sélectionner des centaines de requêtes d’au moins 3 ou 4 mots pour chacune de ses activités, chacun de ses produits, chacune des pages de son site web. Il ne faut pas hésiter à allonger les requêtes avec plus de 4 ou 5 mots pour capter les recherches les plus ciblées.

C’est ce qu’on appelle travailler la longue traîne. Les expressions-clés les plus précises sont certes tapées moins fréquemment par les internautes, mais elles répondent de façon plus précise et pertinente à leur question, tout en étant moins concurrentielles, ce qui augmente le taux de conversion. Autrement dit, il vaut mieux avoir quelques clics qui convertissent sur une expression-clé longue, que des centaines de clics qui ne convertissent pas sur une expression courte.

La vocalisation des recherches via les smartphones et les progrès de l’analyse sémantique chez Google poussent encore plus à rallonger et à diversifier les requêtes. Non seulement les internautes ont des centaines de façons différentes de demander la même chose à Google, mais Google cherche de plus en plus à deviner leurs intentions derrière les requêtes, c’est-à-dire à répondre à des questions qu’ils n’ont même pas encore formulées. Par exemple, si vous cherchez la recette d’un gâteau aux smarties dans Google, peut-être êtes-vous en train d’organiser un anniversaire pour enfants. Peut-être serez-vous alors aussi intéressé par des sites qui vendent des ballons multicolores ou des spectacles de magicien…

Plus vous travaillerez des expressions-clés diversifiées à l’intérieur d’une même page web, plus vous aiderez Google à comprendre le contenu et le contexte de votre page, plus cette dernière matchera avec des centaines d’expressions-clés, plus elle s’affichera dans les premiers résultats de Google.

Pour répondre à ces évolutions récentes, certaines sites qui possèdent beaucoup de contenus ont mis en place une stratégie de cocon sémantique. Cette stratégie consiste à organiser ses contenus par silo sémantique et à les relier entre eux par des liens internes pour aider Google à décrypter les intentions des internautes.

5. Publier des contenus qui intéressent les internautes

L’équation est simple à énoncer : bon contenu = référencement naturel = trafic qualifié. Mais elle est difficile à appliquer. Qu’est-ce qu’on appelle un « bon » contenu ? C’est un contenu qui intéressent les internautes, qu’ils vont rechercher dans Google et partager spontanément sur les réseaux sociaux.

Il s’agit donc de comprendre ce qu’aiment les utilisateurs de votre site et ce qu’ils n’aiment pas pour construire une ligne éditoriale orientée utilisateurs et non pas organisation. Les actualités corporate auto-centrées sur les succès remportés par l’entreprise n’intéressent que ses dirigeants et quelques journalistes spécialisés… En revanche, un article de conseil pour savoir comment mieux utiliser les types de produits vendus par l’entreprise intéressent tous les acheteurs ou utilisateurs potentiels.

Il faut aussi diversifier les formats. Les vidéos courtes adaptées au mobile restent les reines du Web ! Vous pouvez traiter un même sujet sous forme d’articles rédigés mais aussi sous forme d’une vidéo.

Pensez aussi à proposer régulièrement des contenus qui génèrent des « leads », c’est-à-dire qui permettent de capter des e-mails d’acheteurs potentiels via des formulaires de téléchargement, d’inscription ou de participation : des livres blancs, des infolettres (newsletters), des jeux-concours,  des webinars, etc.

6. Optimiser le référencement naturel de chaque contenu

Chaque contenu peut être optimisé pour le référencement naturel. Lorsqu’on intègre les contenus sur une page web, qu’il s’agisse de textes, d’images ou de liens, il faut s’assurer qu’ils répondent bien aux critères de Google et contiennent bien toutes les balises destinées aux moteurs de recherche et aux réseaux sociaux.

L’intégration des contenus sur un site internet est un travail de fourmi qui prend du temps et demande des compétences de rédacteurs web, comme vous pouvez le juger à la lecture des tutoriels pointus suivants :

7. Faire appel à des spécialistes du contenu web

C’est un métier ! Rédiger et publier des contenus de qualité, optimisés pour le SEO, illustrées, etc., ne s’improvise pas. Espérons que cet article vous a convaincu de faire appel à une agence spécialisée en rédaction web…

Si vous souhaitez approfondir ce sujet, Editoile organise régulièrement une formation « Optimiser le référencement naturel de son site web » sur 2 jours (éligible au financement de la formation continue).

Article mis à jour le 19 septembre 2018.

Je dirige l’agence de visibilité web Editoile que j’ai fondée à Bordeaux (Gironde) en 2009. Je suis certifiée Opquast (qualité Web niveau avancé), Google Analytics et Google Adwords. J’accompagne nos clients sur leurs stratégies webmarketing, notamment de référencement naturel ou SEO (Search Engine Optimization).

Commentaires(9)

  • 18 août 2016, 08:23  Répondre

    Hello ! Je met l’accent sur le 7ème point, faites appel à un spécialiste, c’est la meilleure formule et ca vous évitera les investissements inutiles.

  • 27 août 2016, 19:14  Répondre

    J’avais raté cette conf merci pour l’article et surtout les slides 🙂

  • 6 octobre 2016, 16:54  Répondre

    mince, raté ça , des prochaines sessions dans le même genre de prévu?

  • 7 novembre 2016, 14:03  Répondre

    Bonjour!
    Je suis d’accord sur le 7ème point. Je crois que si on veut avoir un référencement de qualité, rien ne peut remplacer les services faites par les professionnels.

  • 26 janvier 2017, 22:47  Répondre

    Chaque site en première position est censé avoir une bonne expérience utilisateur (le contenu en fait partie) et des liens (votes).
    Les liens sont généralement le fruit d’un bon contenu.
    Un très bon contenu non accessible génère pas des backlinks.
    Bref: faut créer un bon contenu et le faire marketer.
    ..
    .

  • Felix
    31 janvier 2017, 14:09  Répondre

    Salut,
    J’avoue que je ne m’y connais pas vraiment en référencement. Cependant, j’ai trouvé cet article très intéressant. J’essaierais d’appliquer ces conseils quand je ferais la promotion de mon business en ligne.
    A+

  • Olivier
    22 mars 2017, 17:01  Répondre

    Bonjour,

    Merci pour cet article très pertinent !
    Pour ceux qui voudraient approfondir le sujet, je vous conseille aussi cet article :
    http://www.denisbdc.fr/comment-optimiser-son-referencement-naturel/

    Bonne journée

  • article très intéressant merci pour ces conseils
    alors, Je met l’accent sur le 7ème point,il est plus efficace et plus rentable de faire appel à une agence SEO pour le référencement de votre site Internet.

  • 22 décembre 2017, 16:04  Répondre

    Bonjour,

    Je voudrais apporter une petite précision

    Le SEM (marketing des moteurs de recherches) = SEO (référencement naturel) + SEA (référencement payant)

    Vous trouverez plus de précision sur notre page https://www.waoo.com.tn/referencement/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.