AccueilRéférencement naturelRédiger une charte éditoriale

Rédiger une charte éditoriale

La charte éditoriale est un document de référence qui précise, en quelques pages, toutes les informations utiles aux rédacteurs d’un support digital. A la manière de la charte graphique pour votre site, votre charte éditoriale web constitue un guide de style, un ensemble de contraintes destiné à garantir l’identité et la cohérence de votre support. Voici comment écrire une charte rédactionnelle ou grille éditoriale en 13 étapes.

Sommaire de l’article

  1. Fiche d’identité du support éditorial
  2. Objectifs de communication / marketing
  3. Audience personas
  4. Promesse de lecture
  5. Supports de communication
  6. Sujets-types
  7. Angles, genres et formats de contenus
  8. Rubriquage
  9. Fréquence de publication
  10. Règles typographiques
  11. Workflow
  12. Diffusion et promotion du contenu
  13. Analyse de la performance

1. Fiche d’identité du support éditorial

Cette partie recense les informations principales du support et spécifie l’auteur de la charte éditoriale.

  • Nom du support ou du dispositif éditorial multisupport
  • URL
  • Date de création
  • Emetteur de la charte + contact
  • URL du back office
  • CMS

2. Objectifs de communication / marketing

Le contenu pour le contenu n’a aucun sens. En Content Marketing, le contenu sert des objectifs marketing, qui peuvent être la notoriété, l’image de marque, la génération de trafic qualifié, la vente en ligne, la fidélisation, la relation client, le recrutement de collaborateurs, etc.

La première étape est donc de répondre à cette question : pourquoi (je produis des contenus) ?

Quels sont vos objectifs de conversion ? Autrement dit, quelles actions souhaitez-vous que vos lecteurs réalisent après avoir lu ou visionné vos contenus ?

Remplir un formulaire, faire une demande de devis, télécharger un fichier, s’inscrire à un programme, s’inscrire à votre newsletter, acheter en ligne ?

Précisez vos objectifs et définissez des indicateurs de performance (KPIs) pour chacun d’eux. A la fin de chaque contenu, vous proposerez à votre audience de réaliser ces actions avec des appels à l’action (call-to-action).

3. Audience personas

Pour faire un bon contenu éditorial, c’est-à-dire un contenu pertinent et utile, vous devez connaître et comprendre votre audience.

Et donc répondre à cette question : pour qui ? Quel lecteur idéal j’aimerais séduire ?

Sauf si vous êtes sur une niche et que vos lecteurs sont à ce point peu nombreux que vous pouvez leur adresser des messages personnels, on vous recommande d’incarner votre audience par des personas, qu’on pourrait ici appeler « audience personas ». C’est-à-dire des profils-types de personnes que vous souhaitez intéresser / aider avec votre contenu.

Pour tirer le meilleur parti de vos personas, prenez le temps de les construire avec suffisamment de profondeur et de perspicacité pour permettre aux rédacteurs de générer des sujets, des angles et des idées qui résonnent.

Combien de personas ? 3 à 5, pas plus, pour prendre en compte les spécificités sans créer une usine à gaz inutilisable. Rappelez-vous que la charte éditoriale est un outil pratico-pratique.

On vous propose de structurer une fiche persona pour chaque segment d’audience selon le plan suivant :

  • Infos démographiques : âge, sexe. Ajoutez un prénom et une photo. C’est plus facile de s’adresser à quelqu’un qui est incarné.
  • Contexte : localisation, métier, situation familiale
  • Pitch : en 300 mots environ, écrivez une synthèse de sa problématique ou de son défi personnel par rapport à votre sujet principal.
    Astuce : écrivez cette synthèse à la première personne. Exemple : Vous êtes vendeur de chaussures de running. « J’ai déjà couru 2 semi-marathons. Mon prochain objectif : courir le marathon de New York ! D’abord pour me prouver que je peux le faire. Et aussi pour que Nina et Enzo soient fiers de leur maman. On m’a dit qu’il faut un entraînement spécifique. Je veux suivre un programme d’entraînement sérieux et compatible avec mon planning. »
    Astuce 2 : rédigez cette synthèse à la fin, quand vous avez défini chaque point.
  • Objectifs spécifiques : rédigez avec les mots de la personne et soyez précis. « S’informer sur le sujet » est bien trop vague.
  • Problèmes spécifiques : comme pour les objectifs, listez les problèmes précis que rencontre votre persona.
  • Préférences :
    • Sources d’infos / programmes préférés :
    • Médias sociaux utilisés :
    • Formats favoris : vidéo, texte, audio ? Formats longs / courts ?
    • Interactivité : appétence pour des outils de calcul, quiz, questions / réponses ?
  • Requêtes sur les moteurs de recherche
    Comment interroge-t-il (elle) Google, Bing, Yahoo ?
    Pour trouver les requêtes des internautes concernant vos sujets, connaître leur volume mensuel et identifier leur potentiel, lire notre article « Les outils du rédacteur web »
    Astuce : classer ces expressions en fonction du parcours d’engagement.

4. Promesse de lecture

Qu’on l’appelle promesse ou contrat de lecture, cette étape de la charte éditoriale est essentielle car elle fait le pont entre vos objectifs et ceux que votre audience.

« Stop selling, start helping », vous suggère l’auteur, vendeur et conférencier américain Zig Ziglar. Que faites-vous pour aider ? Et aider à faire quoi ? Phare dans la nuit quand vous vous sentirez perdu dans votre stratégie, la promesse, à la manière du Mission Statement d’une entreprise, transcende le secteur d’activité et s’exprime en une phrase.

Par exemple, le Mission Statement de Nike est :

« Apporter inspiration et innovation à tous les athlètes du monde. »

Voilà qui ouvre des perspectives de contenus non ?

5. Supports de communication

Un magazine, un webzine, un blog, un site, une page facebook, un compte twitter, etc. Dans quel(s) contenant(s) seront diffusés vos contenus ? Votre charte éditoriale doit préciser le ou les supports, en recenser les URLs et lister leurs caractéristiques principales.

On serait tenté d’écrire qu’il faut ici décliner la promesse globale en promesses par support. Par exemple (fictif) pour Nike :

  • Webzine : inspirer les athlètes
  • Page Facebook : présenter les innovations techniques et le meilleur moyen d’en tirer parti.

6. Sujets et thématiques

Vous avez déjà, à cette étape, une idée de vos sujets. Ils se trouvent au croisement entre les centres d’intérêts de vos personas et votre promesse. Listez ici les thématiques et, plus précisément, les sujets sur lesquels vous souhaitez prendre la parole.

Il existe une multitude de sources pour les définir précisément. Notamment :

  • Demander à vos prospects / clients
  • Consulter l’équipe commerciale et l’équipe support pour connaître les problématiques des clients
  • Identifier les thématiques de conversation de votre audience sur les réseaux sociaux et leurs questions sur les forums
  • Identifier les requêtes des internautes

Notez qu’au stade de la charte éditoriale, il n’est pas nécessaire de dresser une liste exhaustive des sujets. Les conférences de rédaction seront là pour ça, au fil du temps.

7. Angles, genres et formats de contenus

Quand vous déciderez de traiter un sujet, votre ambition sera de le traiter d’une manière originale et unique. Pour vous aider à être créatif, 3 outils :

  • l’angle
  • le genre
  • le format

L’angle, c’est « les lunettes » avec lesquelles vous allez regarder votre sujet. Il en existe mille paires. Exemples d’angles : technique, pratique, historique, anecdotique, économique, financier, polémique, etc.

Le genre, c’est votre manière concrète d’aborder le sujet, d’aller à la pêche aux informations. On distingue deux catégories : assis ou debout. Le genre assis est « intellectuel » : une analyse, une synthèse, un point de vue. Le genre debout est dans l’action : un reportage, une interview.

Le format. Pour un support digital, le contenu peut prendre des formes variées : une vidéo, une infographie, une illustration, des photos, un podcast, un article, un post, une story, etc.

Choisissez les angles, genres et formats que vous allez utiliser. Et soyez précis.

Vous retenez le format vidéo ? Quelle longueur maximale ? Quels principes de prise de vue différenciants ?

Des articles ? De combien de mots ? Avec quel ton, dans quel registre de langue ? Quel calibrage pour le titre ? Et sa déclinaison en home page ? Quelles dimensions pour l’image de Une ? Quels modules-types pour les citations ou chiffres clés ?

N’hésitez pas à joindre des exemples, des maquettes graphiques (templates) ou, si c’est trop tôt au moment de la rédaction de la charte, des références inspirantes.

8. Rubriquage

Tout média classe ses contenus dans des rubriques. Vous êtes un média, il vous faut donc un rubriquage. Les rubriques forment des thématiques cohérentes.

A chaque rubrique correspondent :

  • Des sujets, regroupés par thématiques
  • Un ou plusieurs traitements spécifiques de l’information : des angles, des genres, des formats de contenus
  • Un ou des personas : certaines rubriques ne s’adressent qu’à un certain type de lecteurs.
  • Des call-to-action (appels à l’action)

9. Fréquence de publication

Tous les jeudis, vous vous rendez au kiosque pour acheter votre magazine favori ? Vous savez qu’il paraît tous les jeudis. C’est un rendez-vous systématique. Vous l’aimeriez tout autant si ce n’était pas le cas, mais vous n’auriez pas le réflexe de l’acheter s’il paraissait le lundi ou le vendredi selon le planning des rédacteurs.

La fréquence de diffusion est essentielle dans le « contrat de lecture ». Elle est engageante. Si je vois qu’un compte twitter publie chaque jour un post drôle et pertinent, je le suis. Parce que c’est drôle et pertinent. Mais aussi parce que ce n’est pas toutes les 5 minutes ni tous les 36 du mois. Je sais à quoi je m’engage et, même si c’est inconscient, cette régularité est rassurante.

Notez que la fréquence est aussi question d’équilibre. Entre votre capacité à produire les contenus et, surtout, le temps et le moment que votre audience peut vous accorder.

10. Règles typographiques

Préciser les règles d’écriture :

  • des acronymes. Par exemple : AAAAA (Association amicale des amateurs d’andouillette authentique)
  • des personnes. Par exemple : Prénom Nom, fonction
  • des listes à puces. Par exemple : américaine (majuscule pour la première lettre du premier mot, pas de ponctuation)

11. « Workflow »

Dans l’équipe éditoriale, qui fait quoi ? Qui recherche les idées de sujets ? Qui réalise les vidéos ? Qui est chargé de corriger les contenus textuels ? Qui valide quoi et à quel moment ? La charte éditoriale pose aussi les principes et les rôles de chacun, en conjuguant fluidité et nécessité d’assurer la qualité et la cohérence d’ensemble.

12. Diffusion et promotion du contenu

Vous cliquez sur « Publier » et laissez vos lecteurs se délecter de votre contenu ? Vous êtes un doux rêveur ! Non, personne n’attend votre contenu avec impatience, aussi pertinent soit-il. Car tout le monde est très occupé. Vous devez aller chercher le lecteur où il se trouve.

Si votre support est un magazine, on parlera ici de routage. Si c’est un support numérique, propagez votre contenu sur les médias sociaux, via une newsletter ou encore en paid (campagne payante).

13. Analyse de la performance

Les outils d’analyse (Search Console et Google analytics notamment) des indicateurs-clés de performance (KPIs, Key Performance Indicators) doivent être précisés dans la charte éditoriale. Ils permettront, mois après mois, de valider la stratégie de contenu et d’adapter, le cas échéant, la charte éditoriale.

Si vous voulez d’autres conseils sur la stratégie de contenu, nous vous conseillons de lire les articles suivants :

Vous souhaitez créer une stratégie éditoriale et publier des contenus optimisés pour le référencement naturel ? Editoile vous accompagne.

Je dirige l’agence de visibilité web Editoile que j’ai fondée à Bordeaux (Gironde) en 2009. Je suis certifiée Opquast (qualité Web niveau avancé), Google Analytics et Google Adwords. J’accompagne nos clients notamment sur leurs stratégies de référencement naturel ou SEO (Search Engine Optimization).

Commentaires(2)

  • 15 décembre 2010, 16:52  Répondre

    Je vous en prie, Amélie ! Tout le plaisir est pour nous…

    Cet article avait surtout pour but de souligner l’importance de la charte éditoriale. Nous reviendrons prochainement sur le sujet dans un article plus pédagogique (tutoriel) : comment rédiger sa charte éditoriale.

  • 10 juin 2013, 15:13  Répondre

    Merci beaucoup pour le partage du savoir-faire d’Editoile. Une référence pour les gens du métier. Des pratiques de partage rares. Merci

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.