Céline Cordeau

Web Content Manager à Editoile, agence webmarketing à Bordeaux (Gironde). Certifiée Opquast Qualité Web niveau avancé. Ses spécialités : le conseil webmarketing, les audits de site et la rédaction web SEO (Search Engine Optimization).

Comment afficher correctement ses liens sur les réseaux sociaux ?

Comment améliorer l’affichage de ses articles partagés sur Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux ? Comment faire pour que le titre, la description, l’URL et surtout l’image de la page apparaissent bien ? Le partage des liens sur les réseaux sociaux est géré par les balises Open Graph. Editoile vous explique pourquoi et comment faire pour mieux les remplir notamment sur WordPress.

Il arrive souvent que les liens partagés par vous-même ou par les utilisateurs de votre site s’affichent mal sur Facebook. Parmi les cas de figures les plus rencontrés : l’image n’existe pas, ou ce n’est pas la bonne image, ou elle est trop petite pour être visible dans le flux d’actualités, ou la description est manquante ou elle ne donne pas envie de cliquer.

Pour régler ces problèmes d’affichage, il faut renseigner les bons champs sur son site et déboguer le lien dans Facebook. Et hop, tutoriel !

Sommaire de l’article 

  1. Qu’est-ce que l’Open Graph ?
  2. Comment gérer les balises Open Graph sur WordPress ?
  3. Comment vérifier la qualité de ses balises Open Graph ?

1. Qu’est-ce que l’Open Graph ?

a) Quelle est la définition officielle de l’Open Graph ?

Open Graph est un protocole qui permet à une page web de devenir un objet « riche » sur un réseau social.
Open Gaph c’est donc un ensemble de balises qui permet à un rédacteur web ou à un référenceur d’indiquer aux réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, LinkedIn, etc. des informations précises concernant les pages du site web. Ces informations permettent aux réseaux sociaux de mieux afficher les données sur les pages de site ou les articles de blog lorsqu’un utilisateur en partage le lien.

Ci-dessous un exemple concret avec une page web partagée sur Facebook :

exemple article partagé sur Facebook avec les balises Open Graph renseignées
Exemple de l’affichage d’un article de blog partagé, ayant les balises Open Graph de renseignées.

Quand les balises Open Graph ne sont pas ou mal remplies, voilà ce que ça donne :

exemple d'un article partagé sur Facebook sans balises Open Graph
Seul le contenu de la balise meta description s’affiche sous le titre du site, il n’y a pas d’image et le titre n’est pas optimisé.

b) Quelles sont les principales balises Open Graph ?

Le protocole Open Graph ne se limite pas aux 3 balises les plus connues : og:image, og:title et og:description. Il existe une dizaine de balises Open Graph, qui permettent de décrire à la fois du texte, une image, une vidéo et bien d’autres (voir article Facebook for developers « Open Graph : propriétés des objets »).

Voici quelles sont les balises Open Graph les plus importantes et celles requises pour optimiser l’affichage de vos page web :

og:title (requise) : il s’agit tout simplement du titre de votre page pour l’Open Graph. Il est recommandé de ne pas dépasser les 95 caractères pour ce champ, mais mieux vaut ne pas dépasser les 65 caractères pour être certain que le titre ne soit pas tronqué à l’affichage sur un réseau social.

og:image (requise) : c’est l’URL de l’image qui représente votre page web dans Open Graph.

og:description : il s’agit d’une courte description de votre page web, comme le fait la balise meta description. Il n’y a pas de nombre de caractères imposés, cependant une à deux phrases maximum sont recommandées en ne dépassant pas les 300 caractères.

og:url (requise) : cette balise permet de déclarer quelle est l’URL « canonique », c’est à dire l’URL de référence, de votre page web. Généralement, l’URL canonique est celle qui figure en haut dans le navigateur quand on affiche la page visée. La balise og;url est très utile si votre site possède plusieurs URLs dynamiques pointant sur la même page.

og:type (requise) : cette balise décrit le type principal d’objet contenu dans votre page (website, article, video, music…). Il existe différents types d’objets prédéfinis et dont vous pouvez consulter la liste sur le site officiel de l’Open Graph.

og:video : si une vidéo est intégrée dans votre page, vous devez renseigner ici son URL, comme vous le faites pour l’image.

og:locale : il s’agit de la langue de votre page (en_US, fr_FR, de_DE, etc.).

og:site_name : c’est le nom de votre site web.

c) Où sont placées les balises Open Graph sur votre site ?

Elles font partie du code source de votre page web, et grâce aux outils WordPress existants pour les paramétrer, elles s’intègrent automatiquement au code source.

Tout comme les balises meta description, leur emplacement se situe entres les balises <head> de début, et de fin </head> de votre site web.

2. Comment gérer les balises Open Graph sur WordPress ?

Pour favoriser le partage de vos articles de blog par les internautes sur les réseaux sociaux, la première chose à faire est d’intégrer une barre ou des boutons de partage social sur votre blog vers les principaux réseaux sociaux.

La deuxième étape primordiale dans notre cas de figure est bien évidemment de remplir correctement les balises Open Graph de toutes vos pages.

Si vous avez un site WordPress, il suffit d’installer un plug-in SEO comme All in One SEO Pack ou Yoast. Ces extensions vont ajouter en bas de chaque page ou article des champs Open Graph à remplir pour les réseaux sociaux, en mode édition.

Voici ce que cela donne avec le plug-in All in One SEO Pack que nous utilisons souvent à Editoile :

aperçu du plugin all in one seo pack wordpress
Le plugin All in One SEO Pack de WordPress

Une fois le plug-in installé et paramétré, en cliquant sur « Réglages sociaux » on accède à la partie qui nous intéresse : remplir les balises Open Graph !

On y retrouve les balises og:title (titre), og:description, og:image, og:type (type d’objets Facebook), etc.

Les réglages sociaux de All In One SEO Pack donne accès au remplissage des balises Open Graph.
Les réglages sociaux de All In One SEO Pack : paramétrage des balises Open Graph

All in One SEO Pack est assez simple d’utilisation et vous guide pour remplir les champs requis efficacement.

Notre conseil si vous rencontrez des problèmes d’affichage de l’image, remplissez aussi l’URL de l’image, en plus de cocher l’image proposée.

3. Comment vérifier la qualité de ses balises Open Graph ?

Pour s’assurer, avant de publier votre article, que celui-ci s’affichera correctement lors de son partage sur les réseaux sociaux, vous pouvez vérifier vos contenus avec des outils spéciaux . En voici 3 gratuits et simples à utiliser.

a) Outil du site Yakaferci.com

Il vous permet de valider la qualité de vos balises Open Graph : https://www.yakaferci.com

b) Outil « debugger Open Graph » de Facebook

C’est outil est accessible à l’adresse suivante https://developers.facebook.com/tools/debug. Vous pouvez aussi y accéder directement depuis le All in One SEO Pack. Cet outil sert à tester les balises Open Graph, mais aussi à les réparer si elles fonctionnent mal ou si vous les avez mis à jour après le premier partage du lien sur Facebook.

c) Outil Open Graph Check

Rien de plus simple pour cet outil. Comme avec Yakaferci, il vous suffit de renseigner l’URL que vous souhaitez tester et le résultat s’affiche. Verdict : balises Open Graph remplies ou non ?
https://opengraphcheck.com

Pour améliorer le référencement naturel de votre site web, continuez votre lecture avec cette sélection de tutoriels :

Besoin d’animation webmarketing ?

Vous cherchez des rédacteurs web et des community managers efficaces pour améliorer votre visibilité sur Internet ? Demandez un devis à l’agence Editoile !

Les 10 points SEO à auditer pour améliorer son site internet

Optimiser le SEO d’un site internet en 10 questions

L’optimisation du référencement naturel ou SEO (Search Engine Optimization) est indispensable pour améliorer la visibilité et le classement des pages d’un site internet dans les résultats de recherche. Si votre site est vieillissant ou en perte de vitesse, voici les 10 questions à se poser pour améliorer le SEO d’un site web.

En analysant les statistiques de votre site internet, vous vous rendez compte que les visiteurs se font de plus en plus rares, les articles de moins en moins lus et que votre site web décline. En optimisant le SEO (Search Engine Optimization), vous avez les clés en main pour de nouveau le faire apparaître en tête de liste des résultats de recherche Google.

Alors pour rendre votre site de nouveau visible, voici les 10 questions à se poser et à corriger !

Sommaire de l’article  

  1. Le titre de chaque page est-il optimisé ?
  2. Y a-t-il des mots-clés dans les URL ?
  3. La meta description est-elle unique sur chaque page ?
  4. Les images ont-elles une alternative textuelle ?
  5. Le contenu est-il intéressant pour les internautes ?
  6. Avez-vous du contenu dupliqué ?
  7. Votre site est-il adapté aux écrans mobiles ?
  8. Votre site se charge t-il rapidement ?
  9. Avez-vous beaucoup de liens internes et externes ?
  10. Facilitez-vous le partage sur les réseaux sociaux ?

1. Le titre de chaque page est-il optimisé ?

Vérifiez que toutes vos pages aient bien un titre différent, avec des mots-clés intéressants. Cela se joue au niveau des balises <h1> et <title>. La balise <title> s’affiche en bleu dans les résultats de Google et dans les onglets des navigateurs. La balise <h1> s’affiche dans le texte en haut de la page web.

Ces balises doivent contenir un descriptif clair de la page réelle (et non du site dans son ensemble), inclure les mots-clés principaux de la page, être uniques (c’est-à-dire différentes sur chaque page) et ne pas dépasser 70 caractères.
Exemple de balise title renseignée

2. Y a-t-il des mots-clés dans les URL ?

Les adresses web jouent toujours un rôle important dans le positionnement des pages. Si vous voulez remonter dans les résultats de Google sur une requête donnée, il vaux mieux que les mots-clés de cette requête soient présents dans l’URL. Les URLs optimisées donnent plus de sens aux contenus et indiquent clairement à Google de quoi parle la page.

Évitez donc les URL dynamiques bourrées de chiffres sous la forme www.monsite.com/article1234. Configurez vos liens dans les paramètres généraux de votre CMS (Content Management System) pour que le système fasse remonter automatiquement dans les URL le <h1> avec des mots-clés séparés par des tirets. Ou bien, réécrivez à la main chaque URL pour valoriser les mots-clés de chaque page.

3. La meta description est-elle unique sur chaque page ?

La meta description est une balise html qui décrit le contenu d’une page web. Affichée dans les résultats de recherche, c’est elle qui incite l’internaute à cliquer sur votre lien plutôt que sur un autre. Il est nécessaire d’optimiser la meta description de toutes les pages pour qu’elle soit unique, en intégrant vos mots-clés. Ne dépassez pas les 150 caractères pour éviter que la description soit tronquée par Google.
Exemple de balise meta description optimisée SEO

4. Les images ont-elles une alternative textuelle ?

Avant d’héberger une image sur un site, la première étape est de nommer l’image explicitement pour un meilleur référencement. Commencez par renommer vos fichiers images en y ajoutant des mots-clés, sans accents, séparés par des tirets du 6 : préférez « produit-mot-cle.jpg » à « photo_1234.jpg ».

Ensuite, il est capital de renseigner l’attribut <alt> ou alternative textuelle de toutes les images pour qu’elles soient référencées sur Google Images. Comme son nom l’indique, l’attribut <alt> contient un texte alternatif qui apparaît à la place de l’image quand cette dernière ne s’affiche pas correctement sur les navigateurs. Renseignez l’attribut <alt> sur les images importantes et en rapport avec votre contenu textuel.

5. Le contenu est-il intéressant pour les internautes ?

Le contenu est roi : on vous ne le répétera jamais assez ! C’est d’ailleurs ce qu’on vous suggérait dans  « Quelles tendances pour le contenu en 2017 ? ».
Donc, pour remonter dans les résultats des moteurs de recherche, une page web doit contenir au minimum entre 200 et 400 mots. Mais pour être bien positionnée en première page de Google, il vaut mieux que la page web contienne plus de 2 000 mots.

Pour retenir (ou attirer) les internautes sur votre site, choisissez des sujets qui les intéressent et répondent à leurs interrogations. Publiez régulièrement de nouveaux contenus pour que le robot de Google comprenne que votre site est bien mis à jour. Facilitez la lecture des pages en les hiérarchisant avec des intertitres de différents niveaux (balises h1, h2, h3, etc.).

Illustrez vos contenus avec des images attractives et si possible des vidéos. Si le contenu est roi, la vidéo est reine ! Présente sur tous les supports digitaux, la vidéo est au cœur de la stratégie de référencement naturel, car très appréciée des internautes.

6. Avez-vous du contenu dupliqué ?

Le duplicate content, ou contenu dupliqué, est l’une des pires choses pour le référencement naturel de votre site, Google étant intransigeant avec les contenus copiés-copiés à l’identique sur différentes pages.

Évitez donc de copier-coller des textes qui ont déjà été publiés ailleurs sur le Web, notamment les fiches produits données par les fournisseurs, les communiqués envoyés par les attaché(e)s de presse ou les extraits de livres classiques.

Évitez aussi l’auto-duplicate content (contenu dupliqué automatique), qui peut être généré automatiquement par votre CMS (Content Management System), par exemple sur l’affichage de filtres sur un site e-commerce ou des catégories sur un blog. Assurez-vous que chaque page de votre site possède un seul pointage de domaine et une seule URL. Si une page de votre site possède une ancienne et une nouvelle URL, vous devrez mettre en place une redirection 301 pour indiquer au moteur de recherche que la page a été déplacée.

7. Votre site est-il adapté aux écrans mobiles ?

Depuis 2016, Google favorise dans ses résultats de recherche les sites dont le contenu s’adapte aux tailles des différents écrans (responsive design) et qui sont facilement utilisables sur un téléphone ou une tablette (mobile friendly). Il a même annoncé qu’il allait baser toute son indexation sur les versions mobiles des sites internet (mobile first).

Vérifiez donc que votre site est compatible avec tous les écrans et accessible sur différents terminaux et navigateurs. Et si vous avez besoin de conseils pour le rendre mobile, voici notre tutoriel : « 10 astuces pour rendre un site web mobile ».

8. Votre site se charge-t-il rapidement ?

Plus un site internet met du temps à charger, plus il perd en visibilité. Google considère qu’un site est « lent » dès lors que ce dernier met plus de 1,5 seconde à s’afficher dans le navigateur. Et 40 % des internautes quittent une page qui met plus de 3 secondes à charger (étude Akamai, 2011).

Pour augmenter la vitesse de chargement de votre site, vous pouvez autoriser la compression de vos ressources JavaScript et CSS avec « gzip » ou « deflate », exploiter la mise en cache du navigateur (pour les ressources qui peuvent en bénéficier), optimiser le poids des images ou encore supprimer les JavaScript et CSS qui bloquent l’affichage au-dessus de la ligne de flottaison du site.

9. Avez-vous beaucoup de liens internes et externes ?

Le maillage interne consiste à multiplier les liens entre les pages à l’intérieur d’un site web. Ce netlinking permet d’améliorer le pagerank (indice qui mesure quantitativement la popularité d’une page web) des pages d’un site grâce au maillage entre les pages fortes, dont le pagerank est haut, et les pages faibles, dont le pagerank est bas. Sans oublier qu’il permet au visiteur ou au robot de Google de voir d’autres pages qu’il n’aurait peut-être pas consultées autrement.

Le maillage externe consiste quant à lui à créer sur le Web des liens entrants (ou backlinks) qui pointent vers des pages de votre site. L’objectif ? Renforcer auprès de Google la popularité de votre site. Grâce à la qualité des liens créés, les backlinks favorisent le référencement de votre propre site. Préférez ainsi la qualité à la quantité des liens et veillez à ce qu’ils soient les plus « naturels » possible.

10. Facilitez-vous le partage sur les réseaux sociaux ?

Il est conseillé d’intégrer sur vos pages des barres de partage vers les réseaux sociaux, pour que les internautes puissent facilement en diffuser le contenu sur leurs profils. Il est également nécessaire de vérifier que les balises Open Graph sont bien renseignées sur chacune de vos pages. Les balises Open Graph permettent à Facebook et Twitter d’afficher correctement vos pages lorsque les utilisateurs les partagent, avec une grande image et des informations claires.

Parmi les balises Open Graph existantes, on trouve :

  • og:image, pour indiquer l’URL de l’image à afficher
  • og:title, pour afficher le titre de votre page
  • og:description, pour afficher une description courte de votre page (300 caractères max)
  • og:type, pour préciser le type de votre page (website, article, video, music, etc.)

og:url, pour l’URL canonique de votre page
Renseigner les balises Open Graph pour les réseaux sociauxSi vous souhaitez améliorer votre référencement naturel, voici notre sélection d’articles sur le sujet :

Vous avez besoin de rédacteurs web et de conseils techniques pour augmenter la visibilité de votre site internet ? Faites appel à Editoile !

Les outils incontournables pour tirer parti d’Instagram

20 outils incontournables pour Instagram

Il existe de nombreux outils gratuits pour mieux utiliser Instagram. Vous souhaitez reposter, repartager ou programmer des publications, retravailler ou créer des images et vidéos, effectuer une veille, trouver des influenceurs ou connaître les statistiques de votre compte ? Voici une sélection de 20 outils pour vous aider à améliorer votre communication web sur Instagram.

Sommaire de l’article

  1. Repartager ou reposter une publication Instagram
  2. Planifier ses posts sur Instagram
  3. Créer des images et vidéos originales
  4. Utiliser des outils (presque) tout en un
  5. Obtenir des statistiques sans compte professionnel sur Instagram
  6. Organiser sa veille et identifier des instagramers

Ce comparatif d’outils Instagram est issu de l’expérience quotidienne des réseaux sociaux des community managers de l’agence Editoile qui gèrent des communautés pour le compte d’entreprises et de marques. En savoir plus sur nos services de community management.

1. Repartager ou reposter une publication Instagram

Repost : l’appli plug & play

Repost logo

A la manière d’un partage Facebook ou d’un retweet, l’application mobile Repost, comme son nom l’indique, permet de reposter une publication Instagram. Il vous suffit de sélectionner la photo ou le post en question via Repost, et l’appli se charge de tout !

On aime : sa gratuité, son côté intuitif, un partage propre et la mention automatique du nom de l’auteur du post original
On aime moins : rien !
Gratuit
A télécharger sur App Store et Google Play.

InstaRepost : le plus consciencieux

InstaRepost Logo

Une fois InstaRepost installé, il vous faut ouvrir Instagram et copier l’URL de partage de la photo ou de la vidéo que vous avez repéré. Ensuite InstaRepost s’affiche automatiquement et vous propose soit de republier immédiatement le post, soit de le sauvegarder pour plus tard. Des paramètres supplémentaires sont proposés pour finaliser la mise en page comme le retrait du logo InstaRepost, le copier-coller du texte descriptif, l’ajout de stickers, etc.

On aime : la suppression du filigrane InstaRepost pour des reposts soignés.
On aime moins : l’apposition facultative du nom de l’auteur (respect des droits d’auteurs).
Gratuit
Disponible sur Google Play uniquement.

Instagram, tout simplement !

Instagram logo

Avec Instagram, utilisé depuis le desktop, vous pouvez utiliser la balise blockquote pour (re)poster sur votre blog ou site web des photos d’Instagramers. Le bouton « Intégrer » se trouve en bas à droit de la ligne « Ajouter un commentaire ». Copier-coller le code généré, en choisissant ou non de conserver la légende d’origine proposée par l’auteur. Il vous suffit ensuite d’insérer ce code dans votre article de blog ou de site web : la photo s’affiche dans un cadre avec le nom de l’Instagramer.

On aime : un partage propre avec toutes les mentions essentielles (légende, auteur, …).
On aime moins : on n’a pas trouvé, mise à part le fait que cette action soit possible que depuis le desktop !
Gratuit
www.instagram.com

2. Planifier ses posts sur Instagram

Later : votre agenda Instagram

Later logo

Later offre une interface intuitive sous forme d’agenda. Après avoir chargé vos photos et vidéos dans la médiathèque, il vous suffit de glisser/déposer vos médias dans la ligne horaire de l’agenda où vous souhaitez publier. Ensuite, à vous de rédiger la description, ajuster l’heure précise, insérer vos hashtags. Pour programmer vos posts vous devrez synchroniser votre compte Later desktop avec sa version API installée sur votre smartphone, et activer les notifications.

On aime : deux options prochainement disponibles sur Later.

  • Contributors : faites de vos Instagramers vos ambassadeurs en leur donnant la possibilité de vous suggérer des photos ou des vidéos.
  • Hashtag Campaigns : vos followers vous ont cité des centaines de fois dans leurs photos, mais vous y êtes peut-être « présent » (ou votre marque, produit) que réellement 15 fois. Later vous permet de trier ces citations et de ne conserver que celles qui vous concernent.

On aime moins : au-delà de 30 posts par mois il vous faut souscrire un abonnement mensuel allant de 19 à 50 euros.

Gratuit (avec limitation)
A télécharger sur App Store et Google Play.

Hootsuite : le plus participatif

Hootsuite logo

Hootsuite permet de préparer en amont ses publications. Lorsque celles-ci doivent être publiées, l’utilisateur est averti par une notification push sur son smartphone. Jusque-là en mode aperçu, la publication s’ouvre dans l’appli Instagram où l’utilisateur doit effectuer -si besoin- de nombreuses manipulations pour finaliser la publication, comme recadrer la photo, appliquer un filtre, coller le texte du commentaire (copié automatiquement par Hootsuite) … un peu contraignant !

On aime : une plateforme complète, disponible en français.

On aime moins : la possibilité de connecter au maximum 3 comptes de réseaux sociaux différents par utilisateur, dans sa version gratuite.

Gratuit jusqu’à 3 comptes.
hootsuite.com
A télécharger sur App Store et Google Play

Buffer : numéro 1 sur l’interface

Buffer logo

Buffer permet aussi de programmer à l’avance ses publications, de les partager, ainsi que contrôler ses statistiques. Mais il nécessite aussi une intervention humaine pour publier le post planifié. Buffer offre surtout une fonctionnalité qui envoie un rappel à l’utilisateur pour publier le post préalablement préparé, et ce tant sur l’application mobile que la version desktop.

On aime : une interface linéaire, pratique pour visualiser ses différents comptes d’un seul coup d’œil.

On aime moins : l’absence de programmation entièrement automatisée.

Gratuit
buffer.com
A télécharger sur App Store et Google Play

3. Créer des images et vidéos originales

Layout : l’efficacité même !

Layout logo

Layout est une application qui permet de réaliser des photomontages ou des collages pour donner libre cours à votre créativité sur Instagram. Avec Layout vous pouvez assembler jusqu’à neuf photos avec une ou plusieurs délimitations à l’horizontale ou à la verticale. Délimitations que vous pouvez déplacer, pour agrandir, réduire ou recadrer les photos. Une fois votre composition terminée, Layout vous invite à partager votre œuvre sur Instagram évidemment, sur Facebook et sur tout autre outil pris en charge par le mode de partage de votre smartphone.

On aime : simple, gratuit, efficace pour ce qu’il propose.

On aime moins : impossible d’appliquer individuellement un filtre ou tout autre effet, tels qu’ils sont proposés dans Instagram.
Gratuit
A télécharger sur App Store et Google Play

Gramblr : indispensable !

Gramblr logo

Gramblr n’est pas une application pour smartphone mais un outil desktop qui permet de publier vos photos sur Instagram depuis un ordinateur. Gramblr propose pas moins de 24 filtres, des cadres et des stickers pour agrémenter vos photos et faire des réglages avancés pour les améliorer (couleur, lumière, netteté, traitement yeux rouges, blanchiment, etc).

Vous pouvez aussi dessiner sur vos photos et intégrer du texte. Gramblr permet de programmer vos photos/vidéos, mais attention : pour que vos planifications se publient automatiquement votre ordinateur doit rester éveillé, c’est à dire qu’il doit pouvoir communiquer avec les serveurs de Gramblr dans les 30 minutes qui suivent la date et l’heure planifiées ; exit donc le mode veille ! Enfin Gramblr propose une petite animation « Motion » qui donne vie à votre image, en générant un zoom fondu.

On aime : une interface simple mais efficace.

On aime moins : l’obligation de laisser son ordinateur allumé pour publier les posts programmés.

Gratuit
gramblr.com

Boomerang : captivant et divertissant

Boomerang logo

Ni un GIF ni une photo, le résultat d’un « Boomerang » est une très courte vidéo d’environ 1 seconde, qui se lit dans un sens puis dans l’autre et qui tourne en boucle. Plus concrètement l’application Boomerang prend successivement plusieurs photos en rafale, qu’elle assemble ensuite pour créer une image animée. Une fois créé, votre Boomerang peut être partagé sur Instagram ou sur Facebook, ou bien sur le réseau social de votre choix, puisque ce dernier est enregistré automatiquement sur votre smartphone.

On aime : simple, rapide et fun.

On aime moins: vos « Boomerang » seront muets car il n’existe aucune option pour ajouter du son.

Gratuit
A télécharger sur App Store et Google Play

Hyperlapse : le 100 % vidéo

Hyperlapse logo

Hyperlapse permet de créer des time-lapses, c’est-à-dire des vidéos accélérées directement depuis son smartphone. Grâce à la stabilisation automatique, qui évite toute secousse, vos vidéos auront un rendu cinématographique. Avec Hyperlapse, vous pouvez accélérer votre vidéo jusqu’à 12 fois sa vitesse d’origine. Une fois le filtre de votre choix appliqué, il n’y a plus qu’à partager votre time-lapse sur Instagram ou de l’enregistrer pour le partager ultérieurement et où vous voulez.

On aime : l’ajout d’une musique de fond, détail important pour augmenter l’attrait de votre vidéo.

On aime moins : rien !

Gratuit
Disponible uniquement sur App Store
Alternative sur GooglePlay : Microsoft Hyperlapse Mobile

4. Utiliser des outils (presque) tout en un pour Instagram

Iconosquare : universel mais tricolore

Iconosquare logo

Iconosquare se présente comme le tableau de bord le plus complet pour gérer entièrement votre compte Instagram sur desktop. Vous pouvez accéder à votre flux, commenter et liker les publications des autres Instagrameurs, reposter, planifier des posts (30 posts/mois maxi avec la formule la moins chère), modérer et répondre aux commentaires, appliquer des filtres pour trier vos followings, etc.

L’interface propose aussi une fonction DM (direct message), pratique depuis le desktop surtout pour les bavards ! Enfin, et c’est surement son principal atout, Iconosquare propose de nombreux rapports avec des statistiques complètes. On comprend donc pourquoi l’outil est devenu payant : à partir de 54€/an pour un particulier et jusqu’à 990€/an pour les grandes entreprises et agences.

On aime : une interface d’affichage en liste, pour une lecture intuitive. Le made in France : Iconosquare est 100% limousin, mais il vous parle en anglais !

On aime moins : devenu payant (14 jours d’essais gratuits seulement) depuis que les statistiques sur Instagram sont devenues un enjeu !

Payant
pro.iconosquare.com
A télécharger sur App Store et Google Play

Ramme : mobile first !

Ramme logo

Bien qu’Instagram n’ait pas été conçu pour autre chose que des canaux mobiles, gérer toutes ses communautés sur un seul et même écran, quand on est CM, c’est bien pratique ! Avec l’appli desktop open source Ramme, vous accédez à une visualisation responsive d’Instagram qui reprend l’interface UX mobile. Utile pour laisser Instagram ouvert et continuer à travailler sur d’autres tâches en même temps.

On aime : une interface UX mobile sur desktop !

On aime moins : Ramme ne permet pas la lecture des stories.

Gratuit (open source)
A télécharger sur github.com/terkelg/ramme

Magnify : le plus ordonné

Magnify logo

Magnify est un outil Instagram qui permet de planifier et reposter, mais on l’apprécie pour prédéfinir ses hashtags favoris. Avec Magnify vous allez pouvoir créer des listes thématiques (tourisme, food, mode, sport, politique, etc) dans lesquelles vous définissez vos hashtags préférés (toujours jusqu’à 30 hashtags maximum par publication) en fonction de vos publications.

On aime : le gain temps pour tagger automatiquement vos posts thématiques.

On aime moins : l’option payante pour profiter de la fonctionnalité des hashtags personnalisés (5€/mois).

Payant
Disponible uniquement sur Google Play.

5. Obtenir des statistiques sans compte professionnel sur Instagram

Locowise : maîtrise demandée

Locowise logo

Locowise est un outil d’analyse gratuit qui permet de comparer votre profil avec 2 500 autres profils Instagram. Le comparatif est effectué sur divers indicateurs : croissance du nombre d’abonnés, taux d’engagement, filtre le plus populaire, post le plus performant, etc. Les 2 500 profils utilisés par la plateforme sont des témoins pour obtenir une moyenne du ratio images/vidéos, un nombre moyen de publications par jour, le nombre d’interactions, sans oublier la répartition entre les mentions « J’aime » et les commentaires, et le temps de réponse moyen à un commentaire.

On aime : l’accès gratuit, pendant 2 semaines, bien fourni en analyses et indicateurs pour avoir un aperçu concret.

On aime moins : le temps d’adaptation nécessaire pour comprendre l’ensemble des résultats communiqués et tirer parti comme il faut de ces derniers.

Payant (à partir de 120$/mois pour 3 profils).
locowise.com

Union Metrics : le plus généreux des gratuits

UnionMetrics logo

Union Metrics offre un bilan gratuit sur le mois écoulé seulement, il est certes incomplet mais contient quelques indicateurs clés et des informations intéressantes sur vos publications, pour identifier des tendances et des thèmes.

  • Combien de personnes ont interagi avec vous ?
  • Qui sont vos plus grands fans ?
  • Quel est le meilleur moment (jour et heure) pour publier ?
  • Quels types de contenu fonctionnent le mieux ?
  • Quels hashtags utilisés pour obtenir le plus de mentions « J’aime » et d’engagement ?

Le rapport peut être rafraîchi toutes les 18 heures pour vérifier l’évolution de la performance de vos nouvelles publications. Il est imprimable, exportable en PDF et peut être partagé directement par e-mail ou sur Twitter, Facebook et Tumblr.

On aime : un bilan mensuel donnant une vue d’ensemble pratique avec les éléments essentiels.

On aime moins : le budget, à partir de 99$/mois, pour des résultats détaillés et une plage d’analyse plus étendue.
unionmetrics.com

Squarelovin : enfin des statistiques faciles à lire

Squarelovin logo

Squarelovin est un outil relativement bien détaillé pour une plateforme d’insight analytics gratuite. Vous trouverez des mesures sur la croissance du compte, une analyse mensuelle et l’historique de vos publications par année, mois, jour et même heure. Depuis votre panneau de contrôle vous pourrez voir le taux d’engagement moyen et par publication avec vos photos, ainsi que les optimisations suggérées pour publier au meilleur moment.

On aime : une interface conviviale et facile.

On aime moins : l’absence d’une fonction export ou partage du rapport mensuel.

Gratuit
squarelovin.com

Rappel : Iconosquare, présenté précédemment dans la catégorie des outils presque tout en un, délivre aussi des indicateurs et rapports d’analyse.

6. Organiser sa veille et identifier des influenceurs ou instagramers

Influence : faites-vous partie des influenceurs ?

Hypetap logo

Influence classe les comptes Instagram selon un score d’influence, d’où son nom ! Il se base sur des KPIs réelles telles que le nombre de followers et l’engagement des utilisateurs. Bien que discutable car il n’est pas à l’abri des manipulations du genre achat de followers, ce score, sur 6 500 points, vous permet de voir où se situe votre marque par rapport à votre secteur d’activité. L’aperçu du score se fait directement depuis l’affichage desktop, et vous pouvez consulter tous les comptes Instagram qui vous intéresse dès lors que vous connaissez leur nom d’utilisateur.

On aime : le petit bouton automatique « Thank your followers » qui génère une image prête à télécharger et à poster.

On aime moins : pour aller plus loin, il vous faudra souscrire une formulaire premium.

Gratuit (pour l’analyse de base du score)
www.hypetap.com

Picodash : vous cherchez, il trouve !

Picodash logo

Picodash, anciennement Gramfeed, vous propose différentes sortes de recherche par localisation :

  • Rechercher des photos (de restaurants, églises, hôtels, musées, etc) taguées à un endroit précis.
  • Rechercher un #hashtag particulier dans une région (comme des #skaters dans le sud de la France, ou des #sunset sur la côte Atlantique)
  • Trouver des utilisateurs
  • Filtrer des posts par localisation, date et heure

On aime : un véritable moteur de recherche pour Instagram.

On aime moins : payant et ce même pour tester pendant les 3 premiers jours sans engagement. Il vous faudra souscrire 8$/mois puis annuler votre abonnement si vous ne voulez pas continuer après le test.

www.picodash.com

Webstagram : des tendances en temps réel

Websta Me logo

Avec Webstagram (ex-Websta) vous allez pouvoir consulter qui sont vos followers et vos followings, identifier des contenus ou les utilisateurs les plus populaires (classés par catégories : femmes célèbres, comédiens, athlètes, etc), ainsi que les thèmes forts du moment. Webstagram livre même une liste des 100 hashtags les plus utilisés en temps réel, ce qui va vous permettre de trouver les Instagrammers qui utilisent ces hashtags.

On aime : un tableau de bord bien rangé, facile à appréhender, dans lequel vous pouvez retrouver les posts que vous avez liké. Pratique !

On aime moins : quelques développements encore en beta sont instables ou indisponibles (engagements, content, etc).

Gratuit
web.stagram.com

Linktree : pour une landing page plus fournie

Linktree logo

Le petit dernier : Linktree est un outil qui se range dans aucune catégorie que nous avons listée, mais qu’on trouve bien pratique, surtout pour les bloggueurs/euses influent(e)s ou les marques, c’est Linktree. Avec lui, au travers d’une URL de la forme linktr.ee/username intégrée dans votre bio, vous pouvez insérer sur votre profil Instagram plusieurs « boutons » intégrant des liens vers vos différents sites : site corporate, blog, page Facebook ou encore compte Twitter, playlist Spotify, albums Flickr, … tout est possible.

On aime : sa gratuité, sa simplicité d’exécution (aucune installation requise), la personnalisation du thème et la connexion automatique avec votre compte Instagram.

On aime moins : on a rien trouvé à redire à cet outil plutôt simple et efficace pour ce qu’il propose de faire.

Gratuit
linktr.ee

Mon top 5 !

  1. Later
  2. Gramblr
  3. Hyperlapse
  4. Union Metrics
  5. Webstagram

Et vous quels outils Instagram utilisez-vous ? J’en ai sûrement oublié… Ajoutez les liens en commentaires, merci.

couverture du livre blanc 20 outils incontournables pour Instagram

Téléchargez gratuitement le livre blanc en pdf créé à partir de cet article, augmenté de nombreuses captures d’écrans des principaux outils pour Instagram.

Vous avez besoin d’autres outils pour animer les réseaux sociaux ? Voici une sélection d’articles et de livres blancs qui sont susceptibles de vous intéresser sur le blog Editoile :

A la recherche d’une agence de community management pour animer vos réseaux sociaux ? Vous l’avez trouvée : c’est Editoile ! Demandez-nous un devis.

Article mis à jour le 5 juillet 2018.

Retour haut de page